Twitter & FacebookCréé en 2006, Twitter, ce réseau social d’un genre nouveau dit de « microblogging » a su séduire la planète web : 105 millions d’utilisateurs, 30 000 nouveaux inscrits par jour… Pourtant, malgré un lobbying efficace (mené en France notamment par la secrétaire d’état chargée du Numérique Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM), championne autoproclamée des twitterers) Twitter peine à fidéliser. La faute à une palette de services trop restreintes et à des tweets beaucoup trop limités (140 caractères seulement).
Twitter a donc annoncé lors de la conférence pour développeurs Twitter des 14 et 15 avril derniers, travailler au développement et à l’amélioration des son offre. Voici un zoom sur 3 solutions phares envisagées

1/ Du rich media pour tweeter plus et mieux 

Ryan Sarver, le directeur de la plateforme Twitter a annoncé la création d’une solution appelée « Annotations » qui permettra d’attacher n’importe quel type de fichiers aux Tweets (vidéo, image, musique…). Une correction d’un de ses principaux points faibles et un atout supplémentaire face à Facebook et autres réseaux sociaux.

2/ Le partage privé de document

A terme et au risque de renier sa philosophie du tout public, Twitter devrait pouvoir permettre aux utilisateurs d’échanger des fichiers en circuit privé, se substituant du coup aux classiques emails. Une manière de fidéliser ses utilisateurs et d’éviter d’incessants aller-retour Twitter/boîte mail.

3/ Le développement des jeux sociaux

Evan Weaver, le manager de l’infrastructure de Twitter, a annoncé lors de la Game Developer’s Conference 2010 réfléchir au développement d’une plateforme capable d’accueillir des jeux sociaux, sur le modèle de Facebook. Le but : attirer les jeunes et les moins jeunes et conserver sur site les utilisateurs durant leur temps oisif.

 

On le voit, Twitter est à un carrefour de son existence et ses choix détermineront son succès ou son écroulement: s’améliorer tout en conservant sa singularité à mi-chemin entre le sms (plus d’audience) et le mail (plus court et public), ou disparaître en devenant un Facebook bis.

Publicités