Depuis mardi, Google a modifié les règles d’achat de mots-clés (via Adwords). Alors qu’avant, les marques pouvaient interdire l’achat de leur nom, elles ne pourront désormais s’y opposer qu’a posteriori : une révolution qui pourrait entraîner de nombreuses dérives. Rien n’empêche aujourd’hui Diesel d’acheter le mot-clé Levi’s ou Nokia celui de Samsung ! Une révolution qui fait suite à une décision de la Cour Européenne de Justice qui a débouté Vuitton qui accusait Google d’encourager la contrefaçon : en tapant Vuitton des liens vers des copies apparaissaient (Lire la décision).

Une aberration qui pourrait conduire les marques à se battre à coups de millions pour surenchérir sur certains mots-clés (pour se protéger Renault devra acheter son nom!!) et qui devrait surtout remplir les caisses de Google : en France, les annonceurs ont dépensé 572 millions € dans les liens sponsorisés en 2009 (+ 9% en un an). Un chiffre qui devrait exploser cette année.

Publicités